L’intolérance au gluten

Intolérance au gluten ou maladie cœliaque, qu’est-ce que c’est ?

La maladie cœliaque est une entéropathie survenant après l’ingestion de gluten chez un individu génétiquement prédisposé. L’affection est caractérisée par une atrophie profonde des villosités de l’intestin grêle qui est responsable de la malabsorption intestinale et provoque ainsi des carences (graisses, vitamines, protéines, minéraux etc.). 
A côté de la forme infantile on peut observer des formes frustes chez les adultes.

Les principales présentations cliniques sont :

  • douleurs abdominales,
  • diarrhées,
  • ballonnements,
  • vomissements,
  • troubles du comportement,
  • perte de poids,
  • anémie ferriprive,
  • problèmes osseux, musculaires, dentaires ou dermatologiques,
  • retard de croissance chez l’enfant etc.

Souvent, la maladie cœliaque entraîne d’autres maladies, appelées maladies associées, sous forme de maladies de la peau, des articulations et des intestins. La consommation de gluten peut même favoriser l’apparition d’un cancer de l’oropharynx, de l’œsophage, de l’intestin grêle ou de lymphomes non-Hodgkiniens.
Vu le danger de ces complications, il est très important de suivre un régime strict sans gluten.

Quels sont les symptômes ?

a) chez l’enfant

Forme clinique : La forme du nourrisson et du jeune enfant est la plus classique. L'enfant présente une diarrhée chronique, est fatigué, anorexique et renfermé. Son abdomen est ballonné et ses membres sont grêles. Il existe le plus souvent un ralentissement de la croissance. Plus rarement, chez l'enfant plus âgé, la maladie peut être moins typique, limitée à une petite taille isolée, une anémie ferriprive chronique, des anomalies de
l'émail dentaire, ou des arthralgies.

 b) chez l’adulte

Forme clinique : Chez l'adulte, les signes habituels de la maladie sont souvent, comme chez l'enfant, la diarrhée et un amaigrissement. Plus fréquent que chez ce dernier, la maladie est mono-symptomatique (anémie ferriprive, ostéoporose...) ou atypique qui se manifeste par des crampes musculaires, une stomatite aphteuse récidivante, des irrégularités menstruelles, voire des fausses couches à répétition ou encore, un hippocratisme digital. Il faut donc penser systématiquement à la maladie cœliaque devant ces symptômes. 

Comment diagnostiquer?

Le diagnostic repose sur trois principaux critères : la sérologique, l’histologique et l’efficacité de l'exclusion du gluten. Il est impératif pour le diagnostic de ne pas commencer le régime sans gluten avant l’analyse de sang.

D’abord on fait le dosage des anticorps (IgA anti transglutaminase tissulaire ou AC Anti-tTG IgA,  IgA anti-gliadine ou AC Anti-tTG IgG et IgA anti-endomysium ou EMA) dans le sang. Si les anticorps sont positifs, le diagnostic devra être confirmé par une biopsie intestinale. La biopsie duodénale est faite pour constater s’il existe oui ou non une atrophie villositaire de la muqueuse.

Si la maladie cœliaque est diagnostiquée, le régime sans gluten engendre rapidement une amélioration de l’état du cœliaque. Si tel n’est pas le cas, le diagnostic doit être réévalué. 

Quel est le traitement ?

Il existe un seul traitement efficace de la maladie cœliaque : le régime sans gluten. Chaque récidive lèse à nouveau la muqueuse. Même de petites quantités ayant un effet néfaste, il faut donc exclure même les plus petites quantités de gluten. Comme l’affection est généralement incurable, le régime sans gluten est à maintenir à vie. Si le régime est suivi correctement, les intolérants au gluten se portent bien et ne présentent plus de symptômes. Ils sont même protégés contre l’apparition de maladies associées comme p.ex. l’ostéoporose.

Dermatite herpétiforme

La dermatite herpétiforme est une maladie chronique qui atteint la peau et l’intestin. Elle survient le plus souvent chez l’adulte. Mais le rapport direct entre les lésions cutanées et l’entéropathie au gluten est plus facile à établir chez l’enfant.

L’éruption cutanée se manifeste généralement par des érythèmes, des plaques urticariennes et surtout des bulles séreuses. Elles peuvent être isolées ou regroupées. L’apparition de la maladie peut être brusque ou lente, avec des phases successives pouvant durer des mois ou mêmes des années. Chez l’enfant, elle peut être accompagnée ou non de diarrhées, vomissements et troubles de la croissance.

En ce qui concerne le rapport entre maladie cœliaque et dermatite herpétiforme, certains chercheurs affirment que ces deux pathologies sont étroitement liées, tandis que d’autres ont fait des études démontrant que seulement une petite minorité des patients atteints de maladie cœliaque présenteraient une symptomatologie cutanée.

Les explications données pour le régime sont valables aussi bien pour la maladie cœliaque que pour la dermatite herpétiforme, bien que pour des raisons de fluidité de langage nous allons surtout parler de la maladie cœliaque.

Pour deux autres maladies un régime sans gluten peut s'avérer nécessaire: l'allergie au blé et la hypersensibilité au gluten non-cœliaque. Il s'agit de pathologies différentes de la maladie cœliaque, mais la connaissance sur la teneur en gluten des aliments apporte aux concernés une aide au même titre qu'aux cœliaques.