Maladie, intolérance ou cœliaquie ?

Home / Non classifié(e) / Maladie, intolérance ou cœliaquie ?

Maladie, intolérance ou cœliaquie ?

En 2020, les pathologies ou désordres liées au gluten ne se résument plus à la maladie cœliaque dont les critères diagnostiques et le mécanisme médié par l’immunité adaptative sont bien établis.
Quelle description vous utilisez pour expliquer que vous devez suivre un régime sans gluten ?

Quelques définitions et réflexions

Qui connaît le terme maladie de Gee-Herter ? En 1888 le médecin Samuel Gee a décrit les symptômes de la maladie cœliaque et les a nommés  alors maladie de Gee-Herter. Un autre terme qui a été utilisé est l’entéropathie au gluten. A la constitution en 1998, notre association s’appelait association luxembourgeoise de la maladie cœliaque, ce qui a été remplacé par la suite par le nom actuel. Quand nous considérons les définitions de la science médicale, nous trouvons les résultats suivants.

Les maladies chroniques se caractérisent au-delà de leur durée par l’ampleur de leurs répercussions sur la vie quotidienne non seulement pour les patients mais aussi pour leur entourage. Cette situation bouleverse tout, de l’état de santé à la qualité de vie, des amitiés à la vie familiale, des loisirs à la vie professionnelle. Leurs points communs est qu’elles retentissent systématiquement sur les dimensions sociales, psychologiques et économiques de la vie du malade (OMS).
Une intolérance se réfère à un déficit enzymatique d’ordre immunologique, or ce n’est pas le cas pour la maladie cœliaque.
L’étymologie du mot cœliaque est dérivé du latin coeliacus « qui appartient à l’intestin, aux viscères », et du grec ancien κοιλιαϰός, koliakós « intestinal, viscéral », dérivé de κοιλία, koilía « ventre ».
Or, en 2020, on sait que la maladie cœliaque est une maladie dysimmunitaire systémique provoquée par l’ingestion de gluten chez des sujets génétiquement prédisposés. Il s’agit des réactions alimentaires adversaires d’ordre immunologiques.
Ce qui nous intéresse ce n’est pas seulement cette partie théorique, mais ce que vous, les personnes concernées, ressentent. Quel terme  employez-vous de préférence pour parler de vos symptômes ? Est-ce que vous le définissez comme une maladie en suivant le régime sans gluten ? Est-ce que vous vous identifiez à la maladie en disant je suis cœliaque ? Est-ce qu’il ne faut pas mieux dire comme en allemand « ich habe Zöliakie », traduit par je suis atteint de ….. Faites nous part de vos réflexions, considérez également le nom de l’association, car l’association vous représente et il est de notre devoir de le faire au mieux.

Laissez un commentaire